Qu’est-ce que le cyclo-cross ?


Le cyclo-cross c’est d’abord la course : on ne pratique pas cette discipline pour son côté ludique. C’est cependant une façon vraiment efficace de développer des qualités qui seront utiles tant aux routiers qu’aux vététistes, tout en prolongeant de quelques semaines la saison de courses dans une belle ambiance.

La légende veut que le cyclo-cross ait vu le jour lors de l’intersaison hivernale européenne. Les routards, gelés par le froid de l’hiver alors qu’ils devaient « emmagasiner des bornes », se réchauffaient les extrémités en courant dans les champs, leur vélo sur l’épaule.

Les parcours, une boucle d’environ 2,5 à 3km, sont généralement constitués d’enchainements entre sections pavées, gazonnées, sablonneuses et même de sentiers étroits se rapprochant du VTT. À quelques endroits, en fonction des parcours et des obstacles - (naturels ou non, tels que des montées abruptes, des escaliers ou simplement un billot ou une série de haies) -, les cyclistes sont forcés à débarquer de leur vélo pour franchir en courant les dits obstacles.

Les temps de courses sont fixés en fonction des catégories (le temps du gagnant étant la référence, les catégories junior, maitre, et les femmes feront environs 40 minutes, et les séniors hommes 1h). Le nombre de tours est donc fixé de façon à obtenir une victoire dans les critères de temps établis. Généralement, on tente de concevoir des parcours permettant de faire près de dix tours en une heure pour les séniors.

Le support technique est permis pendant les courses et il n’est pas rare de voir les cyclistes changer de monture à chaque tour, pendant qu’une équipe de mécanos s’active à réparer/nettoyer les vélos pour qu’ils soient prêts pour le prochain passage.

Grâce à ses parcours courts et au côté spectaculaire des différents éléments qui forment la base de ce sport (grande vitesse, manœuvres de pilotage, sprints, etc.), le cyclo-cross est une discipline excitante pour les sportifs et aussi pour les spectateurs, qui se régaleront de pouvoir suivre la course d’un bout à l’autre sans trop avoir à se déplacer.

Avec les passages de courses à pied, le vélo sur l’épaule, les conditions froides et boueuses, attributs de l’hiver européen, demeurent les facettes emblématiques du cyclo-cross.

Le vélo
Sous ses apparences de routier, on découvrira un robuste engin de course tout terrain. Généralement, un cadre de cyclo-cross aura des angles et des mesures à mi-chemin entre un vélo de cross-country et un vélo de route. La fourche et les haubans permettent un plus grand dégagement afin d’assurer le passage de pneus plus larges et cramponnés ainsi qu’une meilleure évacuation de la boue. On utilise les freins de type « cantilevers » pour leur efficacité. Les périphériques de base sont les mêmes que pour les vélos de route.